Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Mai - Juin - Juillet

DLMMJVS
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Rendez-nous nos bourses!

Ontario français

Par Guillaume Garcia – Semaine du 17 juillet au 23 juillet 2012

Rendez-nous nos bourses!

Les étudiants francophones au palier postsecondaire élèvent la voix contre une mesure prise en catimini par le gouvernement libéral au printemps dernier. Le RÉFO, le regroupement des étudiants franco-ontariens, a lancé une pétition pour rétablir les Bourses pour étudier en français en Ontario et espère récolter 5000 signatures avant la rentrée scolaire et parlementaire de 2012-2013, afin de faire pression sur l’Assemblée législative pour qu’elle restaure cette bourse. En ligne depuis mardi, la pétition rassemble déjà plus de 1000 signatures.

Le commissaire aux services en français a déposé son rapport sur les études postsecondaires de langue française en Ontario il y a de cela quelques semaines. Il y développait de nombreux arguments en faveur d'un geste gouvernemental pour favoriser les études en français en Ontario et espérait des gestes d'incitation de la part de nos dirigeants.

Des bourses justifiées

Les libéraux ont choisi de couper dans les bourses attribuées pour étudier en français au profit d'aides plus globales, qui représenteraient une diminution de 30% de la facture sur les frais de scolarité pour les étudiants les moins aisés.

«C'est important d'offrir ce type d'aides aux étudiants à revenus modestes, mais cela ne doit pas se faire au détriment des francophones. C'était le seul incitatif pour étudier en français ici», indique Alain Dupuis, porte-parole du RÉFO.

Les Bourses pour étudier en français en Ontario existaient depuis 30 ans et s'élevaient à hauteur de 1500$, que l'étudiant recevait lors de sa première année.

«Contrairement aux anglophones, les étudiants francophones doivent se déplacer pour étudier en français en Ontario. Les études sont regroupées vers Sudbury et Ottawa. Les bourses avaient été créées pour combler ce déficit.»

Les francophones se mobilisent

L'engouement pour la pétition lancée mardi 10 juillet dernier représente une avancée certaine pour la cause du rétablissement des bourses, sachant que de son côté, le commissaire aux services en français a annoncé qu'il lançait une enquête à ce propos.

De son côté, Alain Dupuis précise que: «Pour nos membres, cette bourse était un incitatif clair de choisir un programme universitaire ou collégial de langue française. Depuis la création du RÉFO en 2008, les étudiants et étudiantes demandent que le gouvernement tienne compte des obstacles supplémentaires auxquels font face les francophones pour étudier dans leur langue. Bien que la Bourse pour étudier en français n’était pas suffisante, elle permettait au moins d’amoindrir le choc pour les milliers d’étudiants qui doivent se déplacer annuellement vers les régions de Sudbury, Ottawa et Toronto pour poursuivre leurs études en français. Le RÉFO craint que l’abolition de cette bourse puisse mener des étudiants ou étudiantes francophones de régions éloignées à poursuivre leurs études en anglais au lieu d’en français, ce qui aurait des impacts néfastes sur la vitalité de la communauté franco-ontarienne.»

Sur le site de la pétition, plusieurs personnes affirment avoir bénéficié de cette bourse et espèrent que d'autres francophones pourront en faire de même.

«J'ai reçu cette bourse. Je souhaite que mon frère et ma soeur qui sont plus jeunes puissent la recevoir aussi. Je souhaite qu'ils puissent étudier en français aussi!», dit Gabrielle Marcotte.

«Il est important que nos jeunes Franco-Ontariens puissent étudier en français. Cette bourse aide à le faire. Plusieurs de mes neveux et nièces ont pu en profiter», indique Suzanne M. Giroux.

www.refo.ca

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour