Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Mai - Juin - Juillet

DLMMJVS
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Le Comité français de la Ville de Toronto supprimé?

Toronto

Par Marie-Pier Gagné – Semaine du 19 avril au 25 avril 2011

Le Comité français  de la Ville de Toronto supprimé?

Clarisse Ngana, présidente du comité français de la Ville de Toronto.

Le comité français de la Ville de Toronto a été qualifié de superflu, la semaine dernière, par un rapport municipal commandé par le maire Rob Ford. En tout, ce sont plus de 20 groupes consultatifs qui risquent d’être abolis dans les prochaines semaines.

Dans les faits, le Conseil municipal ne compte pas établir de nouveau le Comité français et souhaite le mettre à la disposition de la Direction de l’équité, de la diversité et des droits de la personne.

«Le directeur municipal Joe Pennachetti veut mettre ce dossier entre les mains de ce comité qui décidera du sort du Comité français», indique Clarisse Ngana, la présidente du comité français de la Ville de Toronto.

«Nous avons un mandat important. Celui d’assurer la liaison entre la communauté francophone et l’Hôtel de Ville. Nous aidons la Ville à servir la population franco-ontarienne et c’est pourquoi j’entends bien demander une rencontre avec le maire pour nous défendre», ajoute la présidente.

Il est à noter que Toronto est une région désignée en totalité sous la Loi sur les services en français, depuis 1990. «Les francophones bénéficient d’une législation qui garantit au public le droit de recevoir des services en français de la part des ministères et organismes du gouvernement de l’Ontario», fait valoir Clarisse Ngana.

Malheureusement, les municipalités sont exemptées de l’application de la Loi provinciale sur les services en français.

La Ville de Toronto présente un déficit d’un peu plus de 774 millions $ en ce moment. C’est donc pour ces raisons que le Conseil municipal veut réduire ses dépenses et éliminer le budget accordé chaque année aux différents comités. «Nous n’avons pas un budget énorme. Ce n’est sûrement pas ça qui fait une très grande différence», défend Mme Ngana.

Révision du dossier

La recommandation du directeur municipal sera donc examinée lors de la rencontre du comité exécutif de la Ville mercredi prochain, soit le 20 avril. «Le conseiller municipal, qui représente le Conseil municipal lui-même sur le Comité français, fait partie du Comité exécutif de la Ville. Il prendra la parole devant ses pairs pour défendre notre comité. J’ai l’intention, en compagnie des autres membres du comité français, d’y intervenir aussi», affirme la présidente.

Pour préserver ce Comité, Mme Ngana est d’avis qu’il faut lui accorder les ressources financières et le soutien politique dont il a besoin. «Il faut prouver qu’il y a un intérêt véritable à conserver ce lien avec la communauté francophone», soutient-elle.

Le Comité exécutif, présidé par le maire, va donc débattre du sort du comité mercredi. La question sera ensuite référée au Conseil pour une décision finale.

Commentaires

Nous avons deux langues dans ce pays. Elles n'ont pas de prix. C'est à nous de les apprendrent et de les utilisés.

J'appui madame Ngana, la présidente du comité français de la Ville de Toronto.

Steve Theb21 avril 2011 09:26

Quelle Honte ! W3hat a shame !

Véronique Orain21 avril 2011 21:33

Bravo Clarisse! En espérant que le maire Ford y voit son utilité, sa pertinence et sa légitimité....et son droit. Difficile de faire reconnaître que le français est une langue à respecter et non pas seulement quand bon nous semble.

Anita Corriveau22 avril 2011 19:26

J'apprends avec autant de stupéfaction que de regrets, la remise en question et l'éventuelle fermeture du Comité français de la Ville de Toronto. Ce n'est pas juste!

Est-ce vraiment à cause du déficit ou le fait que ce soit le Comité «FRANÇAIS» de la Ville de Toronto?

Marlène Thélusma Rémy23 avril 2011 20:08

774 millions de $ de déficit..... Les solutions : revoir les salaires de 100 000.00 $ annuels et plus des employés cadres des services publiques et municipaux.
Les charges de fonctionnement les plus lourdes d'une organisation quelle qu'elle soit sont toujours situées du côté des salaires et avantages sociaux, mais là dessus pas un mot bien entendu !

Anna Muskoka27 avril 2011 09:26

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour