Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Mai - Juin - Juillet

DLMMJVS
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


La couronne de Noël

Noël

Par Gabriel Racle – Semaine du 20 décembre au 26 décembre 2010

La couronne de Noël

En cette période de Noël, il est de tradition de voir de nombreuses naissions décorées avec des couronnes de verdure et de fleurs, accrochées aux portes ou arborées aux fenêtres. Mais on peut se demander d’où vient une telle tradition qui ne semble guère avoir de lien avec Noël, la fête de la Nativité.

Le solstice d’hiver


Pour retrouver les sources de cette tradition, il faut remonter dans le temps, aux fêtes du solstice d’hiver, célébré dans le monde romain comme dans le monde germanique ou scandinave. Cette fête marquait l’espoir de la renaissance du soleil, qui cessait de décliner sur l’horizon et reprenait vigueur en prolongeant la durée du jour.

C’était le triomphe de la Lumière sur les Ténèbres, le temps de la renaissance après la mort, la fête de la Vie en somme.

De nombreux symbolismes servaient à concrétiser cette vision de renaissance de la vie. Les Romains décoraient déjà les maisons avec du feuillage vert, pou manifester la persistance de la vie, une tradition qui s’est maintenue longtemps.

Au XIe siècle, un évêque de Worms, en Allemagne, interdisait à ses ouailles de décorer leur maison «avec de la verdure prise sur les arbres», ce qui montre qu’une telle pratique était toujours répandue et considérée comme «païenne».

Roue symbolique

Certains peuples, comme les Germains, tressaient des roues de feuillage et leur faisaient dévaler les pentes, après les avoir enflammées. Ils réunissaient ainsi plumeurs symboles, la verdure, le feu, symbole de la lumière solaire, et la roue.

Car la roue est riche de symboles anciens: celui du cycle solaire, qui passe et repasse. C’est un signe de renouvellement, de nouveau départ. C’est la roue du temps qui s’écoule et donc du mouvement perpétuel, du devenir, du retour. La roue est ainsi étroitement associée à la renaissance.

Comme on l’a vu dans l’article de L’Express du 20 décembre 2005, Sous le soleil de Mithra, en 354, le pape Libère désigne officiellement le 25 décembre comme fête de la naissance du Christ. Mais, ce faisant, il y associe des traditions de la célébration du solstice d’hiver, comme la verdure (décoration, arbre), la lumière, le feu de la bûche, dont il a été question dans plusieurs articles. Et la roue se trouve aussi transposée sous la forme d’une couronne, un nom plus noble.

On la trouve sous deux formes, la couronne de l’Avent et celle de Noël.

La couronne de l’Avent est mentionnée au XVIe siècle. Elle reprenait les symboles de la roue: le déroulement du temps, le retour de Noël auquel il faut se préparer, en attendant le retour du Christ.

La couronne est faite de branchages de couleur verte, symbole de vie, d’espoir.

On la posait à plat ou on la suspendait avec quatre bougies marquant les quatre dimanches ou semaines de l’Avent. On en allumait une de plus à chaque fois, en retrouvant ainsi le vieux symbolisme du feu associé au solstice.

C’est une adaptation spécifique à la fête de Noël de la couronne de l’Avent, sans doute pour en prolonger l’esprit et le symbolisme. Au début, on les suspendait au plafond, tel un luminaire, ou on les déposait sur une table.

Les feuilles et le feu

Mais en Allemagne et dans les pays scandinaves, on a aussi utilisé de telles couronnes comme éléments décoratifs, en les suspendant aux portes ou aux fenêtres. Traditionnellement, ces couronnes de branchages ou de feuillage de couleur verte étaient nouées et suspendues par des rubans de couleur rouge, celle du feu et du soleil.

En passant, en Angleterre, la couronne suspendue à la porte des maisons s’est enrichie d’une nouvelle signification. Une couronne accrochée à la porte d’un domicile est signe d’hospitalité. Elle évoque l’accueil chaleureux que recevront ceux qui en franchiront le seuil.

Les Européens ont importé ces traditions en Amérique du Nord, au fil du temps, et elles y sont devenues populaires. La couronne de Noël a perdu le sens de ses origines, trop lointaines pour qu’elles soient encore très présentes.

La couronne d’épines?

De plus, on s’est efforcé de christianiser sa signification, comme ce fut souvent le cas avec des traditions trop ancrées dans les coutumes pour qu’elles soient déracinables. On a même évoqué une préfiguration de la couronne d’épines du Christ, en y attachant sans doute des feuilles vertes de houx, munies de piquants.

Les couronnes modernes, le plus souvent en plastique, n’évoquent plus guère la pérennité de la vie, que symbolisaient les feuillages toujours verts utilisés autrefois. Et le fait de parler de couronne nous éloigne de la roue et de ses riches symboles, évoqués plus haut.

Objet décoratif, la couronne de Noël n’en reste pas moins attachée à la célébration antique, qui persiste encore dans certaines régions, du solstice d’hiver, qui marque la renaissance de la vie et de l’espoir, avec la lumière et la chaleur du soleil.

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour