Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Novembre - Décembre - Janvier

DLMMJVS
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Québec, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour!

Livres

Par Paul-François Sylvestre – Semaine du 2 juillet au 8 juillet 2008

Québec, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour!

Claudel Huot, caméra en main, album sous le bras.

Samuel de Champlain fonde Québec le 3 juillet 1608. C’est donc jeudi qu’on célèbre le 400e anniversaire de la Vieille Capitale. Pour souligner cet événement, j’ai choisi de vous parler de L’âme de Québec, «de la nature dans la ville, de l’architecture et du fleuve Saint-Laurent, le tout vu à travers le prisme de la représentation personnelle» du photographe Claudel Huot.

L’âme de Québec est un album qui présente quelque 120 photographies qui, chaque fois, captent l’éphémère (la lumière), pour la transposer en images intemporelles. Elles sont tirées des archives du photographe qui habite au pied du cap Diamant depuis vingt ans, dans la rue du Petit-Champlain.

Les photos choisies sont des formats grand angle, souvent des prises de vue panoramiques, présentées parfois en diptyques ou triptyques. Claudel Huot a utilisé des boîtiers 35 mm et 24 mm; aucune image numérique ne figure dans cet ouvrage.

Plusieurs des clichés de Claudel Huot ont été soumis à une démarche artistique personnelle, à une coloration manuelle de la photographie noir et blanc traditionnelle sur support argentique. Le procédé consiste à donner des rehauts de couleur à l’écoline.

Cette coloration est souvent très minime: deux canots sur quinze pour un gros plan de la rivière Saint-Charles… quelques lampadaires en haut de l’escalier Casse-cou dominant la rue du Petit-Champlain… le bout de quelques pétales de roses du Jardin Jeanne-d’Arc dans la Haute-Ville.

Les textes de Pierre Caron et de Michel Lessard accompagnent les prises de vues de Claudel Huot. Ils sont courts, tantôt descriptifs, tantôt poétiques.

Le panorama de l’escalier du Bureau de poste, au pied du monument de Mgr de Laval, est rehaussé en ces termes: «Pour adoucir les flancs bruts et abrupts du cap, un escalier coule sans heurt de la terrasse Dufferin à la côte de la Montagne, entre un muret de pierres et une rampe aux pieds de fer en arabesques.» Une seule phrase peut changer le regard que nous portons sur cinq bouquets de glaïeuls en vente au marché: «Vases sommaires ennoblis par des fleurs en bouquets réunies dans le même bonheur.»

Il suffit d’une seule légende pour chasser une idée guerrière. À preuve, ce bas de vignette sous la photo d’un monument illustrant un Indien tendant son arc: «Il ne faut pas croire que l’arc tendu vise autre chose que l’affirmation de la fierté des Amérindiens regardant vers l’avenir.»

«Et il ne faut pas croire non plus que, sans eux, les premiers colons auraient su s’adapter aux hivers de ce pays et tirer leur subsistance de sa faune et de sa flore.»

Jour après jour, inlassablement, Claudel Huot se lève avant l’aurore et sort pour capturer la lumière et la façon dont elle joue sur les différentes matières qui constituent la Vieille Capitale.

À la barre du jour, la cité lui appartient. «En automne, la palette du site est tout simplement éblouissante. Mais c’est en hiver que l’émotion atteint son paroxysme. Il y a des jours, après une tempête de neige, où je veux être partout à la fois pour voir comment chaque recoin s’est transformé.»

Les photographies de Claudel Huot, finement encadrées par les textes de Pierre Caron et de Michel Lessard, constituent une vision inédite de Québec, vision qui nous plonge au coeur même de l’âme de cette ville quatre fois centenaire. Ma chère Québec, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour!

L’âme de Québec, photographies de Claudel Huot, textes de Pierre Caron et Michel Lessard, Éditions de l’Homme, Montréal, 2007, 208 pages, 49,95 $.

« Retour