Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Juillet - Août

DLMMJVS
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


De la traduction des prénoms

En bon français

Par Martin Francoeur – Semaine du 27 mai au 2 juin 2008

Dans ma plus récente chronique, j’abordais la question des mots d’origine hongroise et tchèque. Le prétexte pour un tel sujet ? Un voyage merveilleux que je venais de faire et qui m’avait inspiré un sujet pour notre rendez-vous dans ces pages.

Évidemment, quand on pense à des mots provenant d’une langue étrangère, on fait tout de suite référence à des noms communs ou à des mots du vocabulaire courant. Mais mon voyage en Europe centrale m’aura permis de découvrir un autre monde fascinant sur le plan linguistique: celui des prénoms. Des prénoms que l’on traduit d’une langue à l’autre et dont on ignore souvent les liens de parenté.

Tout a commencé à Prague. Il y a un endroit formidable dans cette ville, une sorte de grande artère commerciale dominée par quelques beaux édifices, deux rangées de tilleuls et une statue équestre de Venceslas, le saint patron de la République tchèque. La place s’appelle d’ailleurs «place Venceslas» et on l’écrit parfois «place Wenceslas».

Pourtant, en tchèque, on ne trouve aucune trace du nom «Wenceslas» ou «Venceslas» sur les cartes touristiques ou les panneaux d’indications. En tchèque, on écrit «Vaclavske namesti». Il y a bien quelques accents graves et aigus sur des voyelles incongrues et pour lesquelles il serait ardu de trouver où ils se trouvent sur mon clavier français, mais je vous en fais grâce.

Saint Wenceslas, en tchèque, c’est saint Vaclav. Voilà la clé de l’énigme.

Les prénoms tels que nous les connaissons en français ne sont pas toujours semblables dans d’autres langues. Souvent, la ressemblance fait en sorte que l’on associe facilement un prénom français à son équivalent dans des langues étrangères. On sait tous que «Jean» se dit «John» en anglais. Il se dit aussi «Johann» en allemand, «Juan» en espagnol et «Giovanni» en italien. On se doute bien que «Anthony», «Anton» et «Antonio» sont des équivalents pour «Antoine».

Ce que l’on sait moins, c’est que «Guy» devient «Vito» en italien. D’ailleurs, toujours à Prague, la cathédrale «svatého Vita» est dédiée à saint Guy. «Vita» est donc «Guy» en tchèque.

En Hongrie, la basilique Saint-Étienne s’appelle «szent Istvan», dont la prononciation se rapproche de celle de «Stéphane». Normal, puisque en anglais, «Étienne» devient «Stephen» ou «Steve». En espagnol, c’est «Esteban». Et en italien, c’est «Stefano». Le habitants de Saint-Étienne, en France, sont d’ailleurs des «Stéphanois».

On s’étonnera aussi d’apprendre qu’«Elisabeth» est l’équivalent anglais d’«Isabelle». Ou que le prénom «Benoit» devient «Benedict» en anglais, «Benedikt» en allemand, «Benito» en espagnol et «Benedetto» en italien.

Les traductions courantes de «Charles», que l’on trouve aussi bien en français qu’en anglais, sont «Karl» en allemand, «Carlos» en espagnol et «Carlo» en italien. Le prénom espagnol «Orlando» n’est nul autre que «Roland» en français.

Beaucoup d’allemands s’appellent «Klaus». En français, ce seraient des «Claude». Quant aux «Otto», ils deviennent «Eudes» en français. Et «Ottone» ou «Oddone» en italien.

Les traductions de «Guillaume» sont aussi nombreuses: «William» en anglais, «Wilhelm» en allemand, «Guillermo» en espagnol et «Guglielmo» en italien. Marconi était donc un Guillaume, tout comme Shakespeare…

En anglais, «Henri» peut se dire aussi bien «Henry» que «Harry». En allemand, le prénom devient «Heinrich», alors qu’il se transforme en «Enrique» et en «Enrico» selon que l’on parle espagnol ou allemand. Même tempête d’équivalents pour «Jacques», qui devient «James» en anglais, «Jakob» en allemand, «Jaime» ou «Jago» en espagnol, et «Giacomo» en italien.

La liste s’allonge avec «Louis» qui devient «Ludwig» en allemand. Ou encore avec «Pierre», qui fait «Peter» en allemand et en anglais, «Pedro» en espagnol et «Pietro» en italien.

De plus en plus, la langue française est poreuse en ce qui a trait aux noms propres. On trouve donc de nombreux francophones qui portent un prénom emprunté à une langue étrangère. Il suffit d’observer le nombre de «William» nés au Québec au cours des cinq dernières années. Il en va de même pour ceux qui s’appellent «Hugo», traduction de «Hugues», ou «Michael» et «Miguel», qui sont des versions exotiques de «Michel», tout simplement.

Et vous? Votre prénom a-t-il des équivalents étrangers? Fouillez un peu… Les trouvailles sont parfois étonnantes!

Commentaires

Dans tes recherches, aurais-tu déniché le prénom Trèva?

Trèva Cousineau30 mai 2008 07:13

Mme Cousineau,

J'ai fouillé un peu pour trouver que le prénom Treva (sans accent cependant) serait d'origine irlandaise. Il serait en fait un diminutif de Trevina, lui-même d'origine celtique et signifierait "prudent".

Il y aurait probablement une parenté avec le prénom masculin Trevor, d'origine gaélique.

Je ne suis pas un expert en prénoms, mais comme on a "Prudence" comme prénom français et anglais, je suppose qu'on peut établir un lointain lien de parenté avec votre prénom. C'est l'accent grave sur votre "e" qui me laisse perplexe.

Si vous trouvez quelque chose, faites-moi signe aussi!
Merci de l'intérêt que vous portez à la chronique "En bon français".

Salutations cordiales,

Martin Francoeur

Martin Francoeur 5 juin 2008 11:08

« Retour