Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Mai - Juin - Juillet

DLMMJVS
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Jeunes et vieux (et entre les deux) pour une université franco-ontarienne

Ontario français

Par François Bergeron – Semaine du 27 octobre au 1 novembre 2015

Jeunes et vieux (et entre les deux) pour une université franco-ontarienne

Patrick Brown et Gila Martow au Grand Rassemblement 2015.

Une floppée de mémoires et de déclarations en faveur de la création d’une université franco-ontarienne circulaient en prévision de l’adoption, au Grand Rassemblement de la francophonie ontarienne à Toronto samedi, d’un Plan stratégique communautaire qui était certain d’y inclure cette revendication.

Même le nouveau chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, Patrick Brown, accompagné de sa critique aux Affaires francophones Gila Martow (Thornhill), est venu redire son appui à l’université franco-ontarienne à la tribune du Grand Rassemblement, vendredi midi, lors d’un événement auquel participait également la libérale Marie-France Lalonde (Ottawa-Orléans), adjointe parlementaire de la ministre Madeleine Meilleur, et le député néo-démocrate Taras Natyshak (Essex), qui ont abondé dans le même sens.

Patrick Brown, qui est député de Simcoe Nord comprenant notamment la ville de Penetanguishene où a accosté l’exlorateur Samuel de Champlain en 1615, s’est dit heureux d’avoir participé cet été à Penetanguishene aux reconstitutions historiques et commémorations du 400e anniversaire de la présence francophone en Ontario.

La semaine dernière, la Fédération des aînés et des retraités francophones de l’Ontario (FARFO) a souligné son appui à la création d’une nouvelle université de langue française à Toronto, estimant que «la gouvernance des institutions postsecondaires est essentielle pour assurer la pérennité de la communauté franco-ontarienne».

Selon la présidente Élizabeth Allard, «la création d’un volet Université des Aînés à cette université de langue française serait un atout pertinent vu le vieillissement de la population». Un tel volet permettrait de suivre une formation et d’assister à des cours ou conférences tout au long de la vie, sans limite d’âge ni condition d’entrée.

On sait qu’en février dernier, suite à plusieurs mois de consultation menant à des «États généraux» sur la question, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (organisatrice du Grand Rassemblement annuel), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) en ont fait la demande officielle à Queen’s Park.

La FESFO dévoilait d’ailleurs la semaine dernière «les souhaits de la jeunesse pour l’avenir de la communauté franco-ontarienne» dans un mémoire recommandant notamment une université gérée «par et pour» les Franco-Ontariens.

La FESFO propose aussi de créer des «proximités socialisantes» pour les francophones: «des espaces récréatifs en français, plus d’occasions pour apprécier du cinéma, du théâtre et de la musique en français, ainsi qu’un meilleur accès à du contenu médiatique francophone et franco-ontarien».

Enfin, les jeunes souhaitent voir d'ici 2025 «la mise en place de politiques de reconnaissance de la communauté franco-ontarienne par l'État, telles que la désignation d'Ottawa comme ville bilingue, la désignation de la province de l'Ontario comme étant officiellement bilingue, l'augmentation de l'affichage bilingue dans le paysage linguistique de l'Ontario et une augmentation de l'offre active des services en français».

* * *
À lire aussi dans L'Express:
Cap sur l'Ontario bilingue en 2025
«Le français est une arme de développement massif»
Trois grandes Franco-Ontariennes récompensées

» Cliquez ici pour accéder à la galerie de photos accompagnant cet article!

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour