Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Mai - Juin - Juillet

DLMMJVS
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Dédramatiser le cancer grâce à la bande dessinée

Santé

Par Alix Forgeot – Semaine du 7 octobre au 13 octobre 2014

Dédramatiser le cancer grâce à la bande dessinée

La guerre des tétons, c’est la première bande dessinée de Lili Sohn, une Française de 29 ans expatriée à Montréal. Le livre est issu de son blogue Tchao Günther, créé en février dernier lorsqu’elle a été diagnostiquée d’un cancer du sein.

Originaire de Strasbourg, Lili Sohn est arrivée à Montréal il y a 6 ans. En février dernier, la nouvelle tombe: elle est atteinte d’un cancer du sein. Ni une, ni deux, elle décide de créer un blogue, intitulé Tchao Günther (Günther, c’est le prénom qu’elle donne à son cancer).

«C’était instinctif. C’était une façon pour moi d’informer mes proches, car ils étaient de l’autre côté de l’Atlantique, une façon de l’annoncer avec des images et des couleurs», explique la jeune femme.

«Transformer le caca en paillettes», comme indiqué sur son blogue, c’est le pouvoir de cette graphiste et c’est le moyen qu’elle a trouvé pour «extérioriser ses émotions» et dédramatiser la situation.

«Je ne voulais pas de pitié et de misérabilisme», insiste la jeune femme.

La question était ensuite de savoir si elle allait partager son intimité avec les gens qui ne la connaissent pas. «Le cancer du sein on en parle souvent, mais rentrer dans le détail comme ça, c’est assez rare», reconnaît Lili Sohn.

De l’internet au livre

Elle s’est finalement lancée dans l’aventure. Comment elle a découvert Günther, l’attente, sa première chimiothérapie, ses inquiétudes, la perte de ses cheveux, elle raconte avec dérision son combat contre le cancer.

Depuis, elle ne cesse de recevoir des commentaires positifs, «des messages de soutien de gens qui m’écrivent leur histoire, de professionnels qui me félicitent, de professeurs de français qui me corrigent (rires), de gens qui tout simplement aiment mon histoire!», note la jeune femme.

Au mois d’avril, elle est contactée par les éditions québécoises Parfum d’encre. «Je me suis roulée par terre», lance Lili Sohn. Pour elle c’était certain qu’un objet serait créé à partir de son expérience, mais elle ne s’attendait pas à ce que cela se fasse aussi vite.

Dans la bande dessinée La guerre des tétons, «le rythme a été revu, on a travaillé cet objet différemment. Il y a aussi pas mal d’inédits et surtout il n’y a pas de fautes d’orthographe!», s’amuse la Strasbourgeoise.

Avoir peur du cancer

Si ses aventures sont destinées à informer avec humour, Lili Sohn croit qu’il faut continuer à avoir peur de la maladie: «Si on n’a plus peur du cancer, on ne va plus se faire dépister», estime l’auteure de la BD.

Son aventure en a fait réfléchir plus d’une. «Moi, du coup, j’ai plein de copines qui sont allées se faire dépister et je trouve ça très bien! Tant mieux!», lance Lili Sohn.

Selon la Société canadienne du cancer, le cancer du sein reste la forme de cancer la plus répondue chez les femmes au Canada. Elle estime que cette année, 24 000 femmes recevront un diagnostic de cancer du sein; cela représente plus d’un quart de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués chez la femme.

Son blogue: www.tchaogunther.com

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour