Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Mai - Juin - Juillet

DLMMJVS
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Clémence est comme nous

Livres

Par Paul-François Sylvestre – Semaine du 21 janvier au 27 janvier 2014

Clémence est comme nous

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Les fans de Clémence DesRochers se souviennent tous d’Odette et Valentine, toujours au téléphone, de Je vis ma ménopause et des Deux vieilles, pour ne nommer que quelques succès de Notre Clémence, titre d’une biographie que signe Hélène Pedneault avec la collaboration de Danielle Bombardier.

«Clémence, depuis cinquante ans, fait rire, émeut, dépeint, esquisse ses semblables, grossissant les traits, comme dans ses dessins d’enfant, pour chercher du sens. Et tous, mais surtout toutes, se reconnaissent.»

Clémence DesRochers est née le 23 novembre 1933 à Sherbrooke, ville de factries. C’est d’abord là qu’elle observe les gens ordinaires, les femmes effacées, les exploitées. Ce ne sont pas, à vrai dire, des sujets à chansons, mais Clémence compose La vie d’factrie pour dénoncer la condition lamentable des ouvrières dans les usines de coton.

«À coup sûr, il y a une filiation entre Clémence et le Fridolin de Gratien Gélinas […]; l’un et l’autre ont créé des personnages qui disaient des choses énormes sous le couvert de la naïveté la plus totale.» Clémence y ajoute une touche plus poétique qui agit comme baume ou un réconfort.

Formée pour devenir institutrice, Clémence n’enseignera que pendant un peu plus d’un an. Elle étudiera ensuite au Conservatoire d’art dramatique, mais ne complètera pas sa formation. Il n’y a pas de métier taillé à sa mesure. Qu’à cela ne tienne, elle en invente un qui lui permet de n’être rien d’autre qu’elle-même. «Elle n’a jamais eu à suivre la mode, puisqu’elle la précédait, elle la créait.»

Le spectacle est une chose grave pour Clémence, «pas une chose gratuite que tu fais par-dessus la jambe». Tout en cherchant à faire rire, elle a constamment abordé des sujets riches, de nature à toucher le plus de monde possible. «Je n’ai jamais fait la cute. L’écriture, c’est plus difficile que ça, et faire rire l’est encore plus.»

Les gens parlent d’Yvon Deschamps ou de Claude Léveillée, mais ils se réfèrent à Clémence tout court. Elle n’est pas le genre d’artiste qui développe de grandes théories existentialistes, plutôt l’effet miroir: «Je suis une fille qui ressemble à ben du monde, et ben du monde me ressemble. Je raconte en riant des choses tragiques, les gens se disent “elle est comme moi”.»

Le journaliste Louis-Marie Lapointe a écrit que «l’évangile selon Clémence est simple: les grands malheurs, comme les grands bonheurs, sont quotidiens avant tout, avant d’être politiques, métaphysiques ou cosmiques».

Clémence a toujours parlé ouvertement de l’alcoolisme de son père, a monologué sur sa ménopause, n’a jamais caché son âge, ni ses amours au féminin. Louise Collette est son agent et sa conjointe depuis quarante ans. Avec la chanson Deux vieilles, elle a «voulu chanter l’aspect amoureux et beau de la vie de deux femmes. C’est coast to coast que les gens vont connaître mon orientation sexuelle.»

On doit à Clémence DesRochers plus de quinze disques. Elle a aussi publié presque tous ses monologues et chansons, nombre de poèmes, mais également une pièce de théâtre et des nouvelles. Et on l’a vue évoluer dans des téléséries ou téléthéâtres tels que Les deux valses d’André Laurendeau, La famille Plouffe de Roger Lemelin, La côte de sable de Marcel Dubé, Le pain du jour de Réginald Boisvert et Hyménée de Gogol.

Parmi les artistes qui ont créé ou interprété des chansons de Clémence, il importe de mentionner Claude Léveillée, Pauline Julien, Louise Forestier, Renée Claude, Fabienne Thibeault et Dan Bigras.

Notre Clémence a d’abord paru en 1989. Cette nouvelle édition a été entièrement revue et mise à jour; elle s’appuie sur des extraits d’articles, d’entrevues et de lettres écrites en l’honneur d’une artiste de grande envergure. L’ouvrage est truffé de témoignages fort émouvants, notamment de Marcel Dubé, Jacques Normand, Michel Tremblay, Yvon Deschamps et Louise Latraverse.

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour