Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Avril - Mai

DLMMJVS
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Québec: que des péquistes honorées dans des annonces pour la Journée de la Femme

National

Par Martin Ouellet (La Presse Canadienne) – Semaine du 5 mars au 11 mars 2013

à 16h37 HNE, le 6 mars 2013.

QUÉBEC - Les partis d'opposition ont accusé mercredi le gouvernement Marois de détourner à des fins partisanes et aux frais des contribuables la Journée internationale de la femme.

Une publicité du gouvernement du Québec parue samedi dernier dans le quotidien Le Devoir illustre ce détournement partisan de la journée du 8 mars, ont décrié à l'unisson Québec solidaire, le Parti libéral (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ).

Afin de souligner le chemin parcouru par les femmes au cours des dernières décennies, les concepteurs de la publicité ont choisi d'afficher les photos des 17 élues du Parti québécois, y compris celle, bien en évidence, de la première ministre Pauline Marois.

Le message, conçu pour une seule publication, a coûté près de 5000 $ (4969 $) et a été payé par le ministère du Conseil exécutif.

Là où le bat blesse, c'est que les 24 autres femmes qui siègent à l'Assemblée nationale dans les partis d'opposition ont été complètement ignorées.

Payée par les contribuables, la publicité aurait dû souligner l'apport des femmes parlementaires de tous les partis et non pas exclusivement les péquistes, a fait valoir Maryse Gaudreault, porte-parole de l'opposition officielle pour la condition féminine.

«Les contribuables n'ont pas à payer pour les publicités partisanes et je suis extrêmement déçu de voir que le Parti québécois utilise une journée aussi importante que la Journée internationale de la femme comme tribune politique», a-t-elle lancé.

S'il avait voulu réellement rendre hommage aux femmes, le gouvernement péquiste aurait présenté toutes celles qui ont été élues au scrutin du 4 septembre et non pas uniquement ses alliées politiques, a renchéri la porte-parole caquiste Michelyne C. St-Laurent.

En dirigeant les projecteurs sur ses seules députées, le gouvernement Marois a fait preuve de mépris envers toutes les politiciennes, selon Mme St-Laurent, qui est membre du Cercle des femmes parlementaires.

«Le gouvernement fait une annonce pour la Journée de la femme comme si ce n'est qu'au PQ qu'il y a des femmes, comme s'il n'y avait que ces femmes-là. Où on les met toutes ou on n'en met pas», a-t-elle déclaré.

Lorsqu'elle a vu la publicité samedi dernier, la co-porte-parole de Québec solidaire, François David, a cru pour sa part qu'il s'agissait d'une page payée par le Parti québécois tant la présentation lui apparaissait partisane. Or, la longue marche des femmes vers l'égalité ne devrait pas faire l'objet d'une pareille politicaillerie, a-t-elle estimé.

A son avis, le gouvernement de Pauline Marois a agi de manière «inappropriée» et a manqué une belle occasion de démontrer sa capacité de faire de la politique autrement.

«Me semble que ça aurait été un beau signal que Mme Marois, son équipe et ceux qui ont conçu la publicité aient la préoccupation de rendre hommage à d'autres femmes députées même si elles ne font pas partie de la même formation politique», a-t-elle soulevé.

Au bureau de la première ministre, une porte-parole a cependant justifié la décision de rendre hommage aux seules femmes du gouvernement.

«Mme Marois voulait présenter son équipe féminine et la contribution des femmes au sein du gouvernement», a dit la directrice des communications, Shirley Bishop.

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour