Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Décembre - Janvier - Février

DLMMJVS
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


L’aéroport de rêve de Nagoya

Au cœur du Japon

Exploration

Par Benoit Legault – Semaine du 5 mars au 11 mars 2013

L’aéroport de rêve de Nagoya

Combien de fois avez-vous voyagé dans des aéroports en vous disant «mais pourquoi n’ont-il pas pensé à ci et à ça?». Le niveau de frustration est particulièrement grand à Toronto, un aéroport récent qui a coûté des sommes colossales d’argent. Pourtant, quand on arrive à l’aéroport principal de Nagoya, au coeur du Japon, on a impression que quelqu’un a enfin tenu compte de toutes nos recommandations (issues de frustrations) et a conçu un aéroport pratiquement PARFAIT!

Le nom anglais de cet aéroport est Central Japan International Airport, car Nagoya est en plein centre du Japon, à 2 heures de train grande vitesse au sud de Tokyo.

Bonne ergonomie

Nagoya (9 millions d’habitants) est la 3e agglomération du pays derrière Tokyo et Osaka qui reçoivent tous deux des vols directs du Canada. Nagoya ne le fait pas, pas encore du moins, et c’est dommage. Voici pourquoi.

Les hôtels de l’aéroport sont à distance de marche de l’aérogare, et les stationnements géants sont composés de plusieurs étages superposés; donc pas besoin de prendre des navettes, on n’a qu’à marcher (au maximum 10 minutes).

Le rez-de-chaussée est un espace calme où on trouve des services de première nécessité comme un bureau de poste et une pharmacie.

L’aéroport est compact et forme un gros bloc sur cinq étages, ce qui réduit les pas inutiles.

Adjacent à l’aéroport, il y a une gare dont les trains mènent directement à la Gare centrale de Nagoya en 28 minutes et à ses trains à grande vitesse (les Shinkansen).

Les étages des arrivées et départs sont, comme partout en Asie, d’immenses halls rectangulaires et lumineux où il est très facile de circuler et de trouver les kiosques de notre choix (tout est au moins bilingue: japonais et anglais). Je suis toujours surpris d’avoir moins de problèmes d’orientation dans les aéroports d’Asie que dans ceux du Canada!

D’ailleurs, les aéroports asiatiques remportent régulièrement les distinctions accordées aux meilleurs aéroports. L’aéroport de Nagoya est un des aéroports de taille moyenne (5 à 15 millions de passagers par année; 8 millions à cet aéroport) les plus primés du monde, que ce soit par Skytrax (Best Regional Airport Asia Award 2011) ou même meilleur au monde quant aux services accordés aux voyageurs en 2011 selon le Airports Council International.

Deux vieilles rues

Pourquoi? Tous les services sont là, facilement accessibles, sans chichis, avec le sourire. Faire un petit dodo de deux heures, c’est possible, sans être un passager de première classe. Prendre une douche, pas de problème. Même les agents d’inspection de bagages étaient souriants, car, ça aussi, c’est du service à la clientèle!

La cerise sur le sundae, c’est toutefois Skytown, un dernier étage Iudique, superposé sur les étages utilitaires. Une ancienne rue japonaise (Lantern Street) et une vieille rue européenne (Brick Street) ont été recréées.

On se balade entre de véritables restaurants de spécialités (on peut goûter de l’anguille grillée, spécialité de Nagoya) et des boutiques emblématiques des deux cultures (comme Uniglo et Hello Kitty du côté japonais).

Dans SkyTown, on peut aussi se faire masser, entreposer ses bagages quelques heures, consulter internet, laisser les petits au jardin d’enfants, et j’en passe.

Bref, le Central Japan International Airport a été pour moi une expérience de rêve. Je sais désormais qu’il existe pour vrai, l’aéroport parfait!

Informations sur l’aéroport

Renseignements touristiques sur Nagoya: ilovejapan.ca

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour