Calendrier culturel francophone du Grand Toronto

Septembre - Octobre - Novembre

DLMMJVS
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

Cliquez sur la date pour connaître les événements importants

Cliquez ici pour soumettre un événement à noter dans ce calendrier culturel et dans le journal L'Express de Toronto

Petites annonces

Vous recherchez du personnel bilingue? Annoncez dans L'Express!
publicite@lexpress.to

Les petites annonces 20$ pour 20 mots :

activités, rencontres, emplois, produits, services, logement, naissances, décès, etc.

Le journal L'Express

«Entreprise de l'année» 2003 décerné par la Chambre économique de l'Ontario

Prix Lyse-Daniels 2001 «pour marquer sa contribution au rayonnement de la langue et de la culture françaises en Ontario», décerné par l'organisme national Impératif français

Prix Jean-Baptiste Rousseaux 1996 pour «honorer les artisans qui ont contribué par leur travail à l'enrichissement de la presse torontoise», décerné par la Société d'histoire de Toronto.

888 avenue Eastern,
Toronto ON M4L 1A3
Tél: 416-465-2107
Fax: 416-465-3778

Pour annoncer vos activités ou services, pour recevoir le journal chez vous, pour nous contacter : info@lexpress.to.


Des «Frenchies» improvisent en anglais

Les Beau-Ties: pour le service en anglais, faites le 2

Sur scène

Par Guillaume Garcia – Semaine du 5 mars au 11 mars 2013

Des «Frenchies» improvisent en anglais

Jaune tente de créer l’intrigue d’une improvisation, ce qui laisse «Lavander» perplexe.

Le succès des Improbables a donné des idées à certains des comédiens de la troupe, qui ont décidé de lancer une deuxième troupe d’improvisation composée de francophones, mais qui improvisent cette fois en anglais. Au-delà du défi que cela représente pour ces Frenchies, il y avait la volonté d’aller toucher un public anglophone et de tester l’humour francophone dans la langue de Shakespeare.

Renée-Claude Thériault, Joseph Elfassi, Alban Ferrieu, Alex Normand et Frédéric Assabgui, sont tous francophones, du Nouveau-Brunswick, de France, d’Ontario et du Québec.

Sur scène, ils s’appellent par les couleurs de leurs nœuds papillon, leur marque de fabrique. Bleu, vert, jaune, rouge et violet, pardon... lavande, se partagent tour à tour la scène et improvisent suivant les thèmes lancés par un animateur qui demande souvent au public de participer pour choisir les contraintes avec lesquelles joueront les comédiens.

Un humour différent

Les cinq amis se sont rencontrés lors du camp de sélection des Improbables en septembre dernier et ont décidé de se lancer en décembre.

«On est allé voir un spectacle et on s’est dit que c’était accessible de faire de l’impro en anglais», se souvient Fred Assabgui. «On a regardé avec qui on aimerait travailler, et aussi qui pourrait le faire en anglais.»

Sur la scène de l’Electric Theater dans le quartier Kensington la langue ne pose pas de problème et le public rit à gorge déployée aux blagues et mimiques des cinq comédiens.

Les thèmes s’enchaînent, parfois accompagnés de musique, les personnages se font et se défont et l’on oublie complètement que les comédiens improvisent dans leur langue seconde. Parfois le français ressurgit, que ce soit sur certains mots, mais aussi dans les blagues, plus borderlines que dans l’humour anglophone.

Refusant le politiquement correct, les cinq comédiens jouent avec le feu sans se brûler les ailes, provoquant à plusieurs reprises des «ohh» dans le public. Juif, arabe, ou homosexuel, ne sont pas des mots tabous chez les Beau-ties et c’est tant mieux.

Pour parfaire l’alchimie entre les membres, la troupe se réunit régulièrement pour des pratiques où ils expérimentent de nouveaux jeux, de nouvelles catégories, pour voir si l’humour fonctionne.

«À la première pratique, on est arrivé avec des jeux et on a essayé de fonctionner à cinq. On s’est vite aperçu qu’il nous fallait un animateur. On s’est aussi beaucoup inspiré de Who’s line is it anyway?, explique Fred.

Faire parler de soi

L’humour en français est plus construit que l’humour en anglais, dans le sens où les punchs sont plus longs à amener que l’humour en anglais, ce qui amuse aussi le public qui n’est pas habitué à ça. Il faut attendre un peu avant de rire.

«La manière d’amener la blague n’est pas la même», résume un des comédiens. Les Beau-Ties pourraient, à terme, tenter des expériences proches de l’impro en français, avec des équipes par exemple. Pour faire connaître leur troupe, les Beau-Ties ont réussi à créer un petit buzz sur Internet en publiant des vidéos étranges sur YouTube. Chaque comédien est filmé en train de réfléchir à ce que représentent les Beau-Ties pour lui. Le tout caricaturé à l’extrême!

«On voulait faire un gros coup de pub. Plus il y a de monde aux spectacles, plus on a de l’énergie. On veut faire le plus de vidéos possible pour garder le momentum et garder le monde actif », indique Frédéric.

Vous pouvez consulter la page Facebook des Beau-Ties pour connaître les dates de leurs prochains shows.

Commentez

Votre commentaire est envoyé à un modérateur. Il peut s'écouler quelques heures entre votre envoi et l'affichage de votre commentaire sous cet article.

« Retour